La croissance se fait attendre chez Ericsson au premier trimestre

EricssonDu côté d’Ericsson, on est passé complètement loin de toutes les prévisions annoncées. Les résultats de ce premier trimestre font état d’énormes pertes enregistrées, mais également d’un rétrécissement de son marché. Des éléments qu’on peut imputer à tous les lourds efforts de restructuration qui ont été engagés, mettant ainsi en mal la croissance attendue.

Une perte de 12,3 milliards de couronnes

Pour le compte de ce premier trimestre 2017, les pertes du géant suédois de matériels de réseaux de télécom Ericsson s’élèvent à 12,3 milliards de couronnes, soit environ 1,28 milliard d’euros. Ces dernières relèvent entre autre de nombreux travaux de restructuration qui ont été entrepris par son nouveau directeur général Börje Ekholm.  Les prévisions de ces pertes étaient estimées à 12 milliards de couronnes. Il faudrait souligner qu’à ce même stade l’année passée, l’entreprise accusait un bénéfice de 3,5 milliards de couronnes.

Alors que ces mêmes prévisions tablaient autour de 47,3 milliards de couronnes en termes de chiffre d’affaires, c’est finalement 46,4 milliards de couronnes qui ont été réalisés. L’entreprise suédoise avance également que le marché de cette année 2017 aura spécifiquement les mêmes caractéristiques que celui de l’année passée. Avant qu’une normalisation ne soit potentiellement attendue dans ce marché du mobile, une diminution préalable de 2 à 6% sera enregistrée.

Une diminution générale des investissements dans le secteur

Les chiffres du Groupe Ericsson portent l’emprunte d’une forte diminution des investissements dans ce secteur. Les sociétés de télécom connaissent en effet des véritables difficultés qui les poussent à limiter leur demande. De plus, la nouvelle technologie pour le passage à la 5G semble marquer le pas. L’une de ses branches d’activité qui se porte plutôt bien est celle des réseaux. Elle a enregistrée une marge de 12% au cours de ce trimestre. Pour certains investisseurs de chez Ericsson, il serait peut-être bientôt temps que le Groupe songe à faire le tri dans ses activités.

Pour ces derniers en effet, il est urgent de se séparer des branches qui occasionnent des manques à gagner. Le Groupe a toutefois annoncé qu’au cours de la fin du mois de mars dernier, des apports d’une valeur totale d’environ 1,6 milliard d’euros, ont été enregistrés. Leur provenance n’a cependant pas été dévoilée. Selon des analystes financiers, il pourrait s’agir des fonds issus à un contrat avec Sprint, une société américaine du mobile, qui opère dans plusieurs pays.

Publicités