Orange se lance sur le marché marocain et s’ouvre une voie en Afrique

orange-entre-dans-le-capital-de-meditel

La marque française s’implante en Afrique et commence son entrée par le Maroc. Orange rachète 49% des parts de Meditel qui récupère le nom de la société. Cette opération est le point de départ de sa stratégie d’implantation sur le continent au fort potentiel.

L’entrée sur le marché marocain

Le secteur marocain représente la dernière opération commerciale de la société de télécommunication. A son actif, Orange compte une clientèle de plus de 250 millions d’abonnés sur le plan mondial. Selon les statistiques, c’est la première entreprise française devant BNP Paribas et les assurances AXA. D’après le classement mondial de Brand Finance, Orange se place à la 54e place de la liste.

D’après Stéphane Richard, le directeur général d’Orange, il existe une multitude d’entreprise dans le secteur du service de télécommunication dans un monde qui devient de plus en plus digital. Dans cette multitude, il est important pour les consommateurs de trouver des points de repère de confiance, continue-t-il dans sa déclaration à la presse faite dans la ville de Skhirat.

Après le changement de nom pour Orange des sociétés Mobinil en Egypte et Mobistar de Belgique, la société étend son leadership à travers plusieurs pays où elle unifie l’ensemble de ses actifs à part les nouvelles acquisitions faites en Afrique qui devront intégrer le réseau Orange pour l’année 2017.

Le directeur continue sa déclaration en ajoutant que Meditel avait du mal à évoluer sur le marché du service ADSL, face à son principal concurrent Maroc Telecom qui contrôle le marché à 99%, malgré sa clientèle de 14,2 millions. Ce qui fait que ce marché ne possède pas particulièrement de concurrence pour Stéphane Richard, demandant ainsi de rééquilibrer le marché en appliquant les règles de concurrence saine.

Les opérations d’implantation en Afrique

Selon les statistiques, le salaire moyen de la clientèle africaine est plus faible de sept fois par rapport aux abonnés français. Cependant, avec le nombre important de téléphone, le potentiel du marché africain est vraiment intéressant.

Orange s’est déjà investi dans le rachat de sociétés existantes comme Cellcom du Libéria, les branches d’Airtel en Sierra Leone et Burkina Faso et Tigo implanté en RDC. Avec un montant de 3,9 milliards d’euros de bénéfices enregistrés en Afrique et au Moyen Orient, l’entreprise se renforce dans ce secteur où elle a obtenue 12,8% de ses gains annuels.

En Tunisie, elle partage à 49% avec l’Etat mais prévoie d’augmenter ses parts dans l’entreprise locale alors que le gouvernement souhaite se retirer. D’après le PDG de la filiale Afrique et Moyen Orient d’Orange, Bruno Mettling, la société est en discussion pour augmenter ses parts du capital de 15 à 16% environ.

En Iran, le groupe montre plus de réserve sur le marché où, comme lui, plusieurs sociétés françaises voudraient se lancer. Orange fait une déclaration sur une possibilité de collaboration avec le principal opérateur de l’Iran. Stéphane Richard explique à la presse l’intérêt de la société pour cette zone qui se montre intéressant malgré la situation du pays.

 

Publicités