Windows 10 de Microsoft favorise-t-il defender, son antivirus maison ?

windows-10

En Russie, une enquête a été ouverte par l’autorité en charge de la concurrence contre Microsoft suite à une plainte déposée par Kaspersky. Il lui est reproché de favoriser son propre système de défense contre les virus et autres logiciels malveillant. En effet, les autres antivirus se trouvent automatiquement expulsés dans le Windows 10, ce qui entraine cette montée au filet en Russie.

Que reproche Kaspersky à Microsoft concrètement ?

L’enquête ouverte par l’autorité russe contre l’américain Microsoft  répond à une plainte du spécialiste russe des outils de sécurité Kaspersky. Le motif de mise en cause selon Kaspersky est, que Microsoft aurait fortement réduit le temps qu’il accorde aux autres concepteurs des systèmes de sécurité pour qu’ils adaptent leurs logiciels antivirus sous son système Windows 10.

C’est donc pour un potentiel abus de sa position forte sur ce marché que Microsoft se trouve maintenant mis en enquête en Russie. En effet, les développeurs disposaient d’un temps de deux mois maximum pour effectuer toutes les adaptations nécessaires pour que leurs systèmes de défense continuent de fonctionner lorsque le leader américain opérait des nouvelles avancées. Aujourd’hui, sous Windows, ce temps se trouve réduit à six jours.

Lors de la migration vers Windows 10, beaucoup d’applications sont désactivées

Le russe affirme avoir cherché des solutions afin de comprendre auprès de Microsoft lui-même, les raisons de ce qui pourrait s’apparenter à des dysfonctionnements. Mais face à son refus de donner une suite favorable, Kaspersky a du s’en tenir à la justice.

Il explique de plus que, lors de la migration vers son dernier système d’exploitation, le Windows 10, le système de défense de l’usager  est directement désactivé et qu’à l’inverse, Windows Defender y est automatiquement installé comme antivirus par défaut. Pour Eugène Kaspersky, le comportement de Microsoft ne se limite aux systèmes de défense. Il affirme que ce dernier donne des substituts à plusieurs autres applications qui tendent à désactiver celles des utilisateurs.

Une autre chose qui fâche Eugène Kaspersky, c’est le fait  sous Windows 10, les notifications comme celles des mises à jour d’autre antivirus sont désactivées lorsque la licence expire. Enfin, il s’insurge contre le fait que Defender soit activé de façon automatique lorsque la période d’essai d’autre antivirus à l’image du sien s’estompe.

Dans les faits, Microsoft serait abusivement favorisé

C’est ce qu’on peut comprendre lorsqu’Anatoly Golomolzin, directeur du service russe de la concurrence  affirme que tous les éléments décriés par Kaspersky forment des avantages certains et abusifs pour Microsoft. Selon lui : «  la conduite de Microsoft n’est pas simplement dangereuse pour les utilisateurs, mais elle a aussi un impact certain sur l’ensemble des activités des autres développeurs de technologies indépendants ».

Il poursuit son exposé en ces termes : « en se comportant ainsi, Microsoft donne l’impression à ses utilisateurs qu’ils sont totalement en sécurité tout en éliminant toute forme d’alternative de ces derniers qui n’ont plus la possibilité de s’attacher d’autres services ».

Kaspersky a ensuite rajouter qu’à la longue, avec des tels politiques, Microsoft finira par exclure tous les autres développeurs de son environnement car, il dispose maintenant de tous ses propres systèmes en son sein et, surtout, parce qu’il ne favorise pas la démocratie dans ce domaine.

Publicités