Une réorientation vers l’électrique pour Volkswagen

voitures électriques Vokswagen

L’annonce a été faite aujourd’hui par le  Président Directeur Générale du groupe allemand de l’automobile. La société veut porter sa production à près de 30 véhicules à 100% électriques d’ici à 2025.  Ce choix stratégique pourrait donner un nouveau souffle à la société qui connait depuis le scandale sur ses voitures défectueuses, une notoriété descendante. Le groupe à travers son PDG compte faire du scandale de Septembre 2015, un catalyseur et un booster dans l’investissement sur l’électricité. Avec cette nouvelle arme de bataille, elle pourra espérer récupérer la confiance et la fidélité de plusieurs clients passionnés d’automobiles.

Le « dieselgate » une fenêtre d’opportunité pour Volkswagen?

Septembre 2015, le géant allemand de l’automobile fait face à un scandale de niveau mondial. En cause, des moteurs des véhicules de la marque truqués. Une affaire qui lui a valu d’afficher lors de l’exercice de cette même année une baisse record de son chiffre d’affaires  depuis près de  23 ans (1993).  De plus, le groupe avait mis en réserve près de 16 milliards d’Euros afin de se protéger des suites du scandale. Suite à la démission toute fraîche de Martin Winterkorn, Matthias Müller le PDG du groupe depuis la fin du mois de Septembre a vu ses bonus de dividende être gelé. Il endossait également la responsabilité de rétablir les rangs au sein du groupe suite à l’énorme onde de choc qu’il venait de recevoir.

S’en sont suivis des plaintes déposées par des clients et des états pour que la société répare le préjudice causé.  Aux Etats-Unis où le groupe aurait pu faire face à un procès, un accord avait été trouvé avec le juge chargé de l’instruction du dossier. Ainsi, il avait été retenu que l’entreprise devait verser des compensations à toutes les personnes qui avaient été touché par le préjudice, ce qui portait le nombre de véhicules à 600000. Face à cette situation non reluisante, le parti de Matthias Muller se devait de mettre en place un plan de bataille et une stratégie pour faire oublier à la mémoire collective les déboires avec le dieselgate.

Se réinventer dans l’électrique pour optimiser sa croissance

Ce sont 30 voitures tout électriques que Volkswagen envisage de fabriquer et de vendre d’ici à 2025. Ce nombre représente à peu près 25% des ventes globales de l’entreprise selon son PDG. L’objectif est de se mettre à jour et de proposer aux clients un nouveau type de produits qui répondent aux besoins et à la demande actuelle en termes de mobilité. Une notion qui tient à cœur au groupe ces dernières années au vu des investissements que l’entreprise a fait dans ce domaine avec des partenaires israéliens. Cela se concrétisera avec la mise en place au sein de l’entreprise d’une division exclusivement orientée sur des services à la mobilité.

Ce plan stratégique est sous tendu par des coûts énorme en terme d’investissement, mais aussi de restructuration de l’activité surtout au niveau des pôles industriels du groupe qui ne sont pas aussi performants pour suivre le rythme annoncé. Silence est fait sur la majorité des mesures qui pourrait accompagner ce plan.

Une réorientation vers l’électrique pour Volkswagen

L’annonce a été faite aujourd’hui par le  Président Directeur Générale du groupe allemand de l’automobile. La société veut porter sa production à près de 30 véhicules à 100% électriques d’ici à 2025.  Ce choix stratégique pourrait donner un nouveau souffle à la société qui connait depuis le scandale sur ses voitures défectueuses, une notoriété descendante. Le groupe à travers son PDG compte faire du scandale de Septembre 2015, un catalyseur et un booster dans l’investissement sur l’électricité. Avec cette nouvelle arme de bataille, elle pourra espérer récupérer la confiance et la fidélité de plusieurs clients passionnés d’automobiles.

Le « dieselgate » une fenêtre d’opportunités pour Volkswagen?

Septembre 2015, le géant allemand de l’automobile fait face à un scandale de niveau mondial. En cause, des moteurs des véhicules de la marque truqués. Une affaire qui lui a valu d’afficher lors de l’exercice de cette même année une baisse record de son chiffre d’affaires  depuis près de  23 ans (1993).  De plus, le groupe avait mis en réserve près de 16 milliards d’Euros afin de se protéger des suites du scandale. Suite à la démission toute fraîche de Martin Winterkorn, Matthias Müller le PDG du groupe depuis la fin du mois de Septembre a vu ses bonus de dividende être gelé.

Il endossait également la responsabilité de rétablir les rangs au sein du groupe suite à l’énorme onde de choc qu’il venait de recevoir. S’en sont suivis des plaintes déposées par des clients et des états pour que la société répare le préjudice causé.  Aux Etats-Unis où le groupe aurait pu faire face à un procès, un accord avait été trouvé avec le juge chargé de l’instruction du dossier. Ainsi, il avait été retenu que l’entreprise devait verser des compensations à toutes les personnes qui avaient été touché par le préjudice, ce qui portait le nombre de véhicules à 600000. Face à cette situation non reluisante, le parti de Matthias Muller se devait de mettre en place un plan de bataille et une stratégie pour faire oublier à la mémoire collective les déboires avec le dieselgate.

Se réinventer dans l’électrique pour optimiser sa croissance

Ce sont 30 voitures tout électriques que Volkswagen envisage de fabriquer et de vendre d’ici à 2025. Ce nombre représente à peu près 25% des ventes globales de l’entreprise selon son PDG. L’objectif est de se mettre à jour et de proposer aux clients un nouveau type de produits qui répondent aux besoins et à la demande actuelle en termes de mobilité. Une notion qui tient à cœur au groupe ces dernières années au vu des investissements que l’entreprise a fait dans ce domaine avec des partenaires israéliens. Cela se concrétisera avec la mise en place au sein de l’entreprise d’une division exclusivement orientée sur des services à la mobilité.

Ce plan stratégique est sous tendu par des coûts énorme en terme d’investissement, mais aussi de restructuration de l’activité surtout au niveau des pôles industriels du groupe qui ne sont pas aussi performants pour suivre le rythme annoncé. Silence est fait sur la majorité des mesures qui pourrait accompagner ce plan.

 

Publicités

Le secteur des smartphones très saturé en ce moment

smartphone marché saturé

Le marché des téléphones mobiles est de plus en plus plongé dans une situation de saturation sans précédent. Depuis 2010, les ventes de smartphones n’ont pas réussi à atteindre un niveau suffisant. En effet pour l’année 2016, il est attendu un très faible taux progression de l’indice du marché.

Une chute libre des ventes

Les choses ne sont plus les mêmes dans la vente des smartphones. Le marché des téléphones mobiles ne réussira évidemment pas pour cette année à atteindre le taux favorable jadis acquis il y a 7 ans. En effet il est à hauteur de 7%, le taux de progression qui est attendu pour 2016. Ce résultat n’est rien d’autre que la moitié du taux accusé en 2015, et qui était à hauteur de 14,4%. D’ailleurs, le cabinet Gartner estime que le marché ne pourra plus atteindre le taux de performance qu’il avait acquis en 2010, soit une progression record de 73%. En outre il est aussi impossible d’atteindre un chiffre d’affaires de 2 milliards pour cette année dans ce marché. Les analystes de Gartner prévoient pour l’année 2010 les ventes à 1,9 milliard.

Certains utilisateurs renouvellent rarement leurs téléphones

Cette situation du marché global des smartphones est le résultat d’une saturation constatée dans les pays riches détenant un taux d’équipement de 90%, et le renouvellement périodique des terminaux en est aussi une cause majeure. Par ailleurs, il est estimé que cette situation ne connaîtra pas de lendemains meilleurs d’ici au moins cinq ans, à en croire l’analyste Roberta Cozza du cabinet Gartner. Les offres d’achat proposées par les opérateurs en parallèle avec celles de renouvellement pour tous les deux ans ont tendance à pousser les consommateurs au prolongement de la durée d’utilisation de leurs appareils ainsi acquis. Par exception, il est clair qu’un programme de renouvellement de ses iPhone est proposé par Apple tous les ans, même si la durée de vie de ses terminaux est estimée à 3 ans. Mais selon Roberta Cozza, ces programmes ne s’adressent pas à tous les utilisateurs, et le plus grand nombre d’entre eux gardent leurs téléphones pendant au moins 2 ans ou même beaucoup plus longtemps. L’analyste de Gartner souligne que le choix de ces utilisateurs est par ailleurs motivé par l’offre des mises à jour technologiques qui sont devenues « incrémentales plutôt qu’exponentielles. »

À la recherche de marchés émergents

Les fabricants sont maintenant obligés d’aller explorer d’autres marchés pour écouler leurs produits : le marché des pays émergents. En effet la part des smartphones n’a pas encore atteint un niveau élevé dans ces marchés, et la demande y est toujours présente. L’Afrique subsaharienne représente à elle seule un marché très attirant, où les ventes de smartphones ont largement pris le dessus sur celles des téléphones portables classiques en 2015. Par ailleurs, c’est toujours l’Inde qui affiche le plus de potentialités avec des ventes très importantes ces dernières années. Le marché chinois qui concentre près de 95% du commerce des smartphones s’est quant à lui stagné depuis 2015. Selon le cabinet Gartner, la Chine est un marché miné d’une très grande complexité que d’une situation de compétitivité. La directrice de recherche de chez Gartner, Annette Zimmermann, souligne que les compagnies d’Internet chinoises « investissent de plus en plus dans le développement de terminaux mobiles. »

 

La récompense du prix du meilleur fournisseur donné par le groupe PSA revient à Dassault Systèmes

Dassault systèmes

Dassault Systèmes numéro un mondial en matière de logiciel de création en 3D, des maquettes numériques 3D, mais aussi dans l’art de l’administration de la viabilité des produits, affirme avoir eu une récompense dans le domaine  de création de valeurs,  du groupe PSA, lors de la 12e édition des trophées fournisseurs réaliser le 24 mai passé à Poissy.

La relation entre le groupe PSA et Dassault Systèmes

Cette occasion permet de reconnaitre les fournisseurs qui sont plus déterminés au niveau relationnel avec le groupe PSA. Le programme 3DEXPERIENCE du groupe Dassault Systèmes a été primé pour son apport dans les progrès numériques au niveau des activités  de R et D du groupe PSA dans le monde. Dans le but d’accroitre la connaissance de leur client, le groupe PSA a choisi Dassault Systèmes pour rendre plus efficaces les processus et plus fluide les relations entre 13 500 personnes affiliées sur les 9 sites de R et D, de méthodes et d’essais notamment en Chine, en Europe et aussi en Amérique du Sud.

Les solutions « Modular Global and Secure » et «  Smart  Safe  ang  Conected » fondées au niveau de la plateforme 3DEXPERIENCE apportent une simplification et une maitrise de la situation dans les structures d’automobile, qui vont alors faciliter la mise en place de voitures plus sophistiquées.  Gilles Le Borgne, directeur des R et D du groupe PSA affirme que le groupe Dassault systèmes alliés depuis très longtemps, leur appui pour permettre à leur produit PLM complet de bien s’intégrer, et aussi pour que leurs produits d’ingénierie atteignent un niveau plus efficace. Cette plateforme montre la totalité du processus de développement des produits, ainsi, il leur permet de connaitre la meilleure stratégie à adopter  pour être plus puissant, et plus accessible au niveau des activités de R et D.

Un trophée bien mérité

Cette récompense reçue prouve que  le groupe s’est réellement investi et que les efforts ont fini par payer. Le programme 3DEXPERIENCE procure une ambiance meilleure qui permet d’inventer, d’administrer, de redistribuer et retranscrire les informations durant toute la durée de vie du produit. Les participants ont un accès bien protégé, homogène et mis à jour chaque reprise. Le groupe SPA est capable d’assurer des processus de croissances fondées sur des modules et l’administration de la configuration, mais surtout contrôler les activités de R et D, pour confirmer le respect de sécurité établie.

Olivier Sapin, vice-président de l’industrie Dassault Systèmes, dit qu’ils sont vraiment ravis de recevoir ce trophée du groupe PSA, avec qui, ils ont entamé de nouvelles stratégies de changement. Alors, le groupe PSA se concentre sur l’efficacité et l’accroissement de son portefeuille de client avec l’aide de l’invention numérique. Le programme 3DEXPERIENCE est l’élément valeur de cette politique. L’administration claire des produits, mais surtout des projets dans des milieux clé à l’instar de la Chine qui continue à fortifier la valeur et l’efficacité et aussi les liens clients.