Baromètre IESF 2015 : le marché est favorable aux ingénieurs

Baromètre IESF 2015Ingénieurs et Scientifiques de France, diffuse sa 26ème enquête socio- professionnelle sur la situation des ingénieurs, réalisée en mars et avril 2015 sur la base de chiffres 2014. Près de 55 000 réponses ont été recueillies cette année, auprès des ingénieurs.

La diversité et la taille de la base de données ainsi constituée ont permis d’appliquer des méthodes d’analyse statistique élaborées avec l’INSEE, qui rendent les résultats et les conclusions représentatifs pour l’ensemble des ingénieurs en activité, diplômés en France. L’enquête fait un vaste tour d’horizon de la situation des ingénieurs.

Au-delà de la formation d’excellence qu’il a reçue, les parcours professionnels offerts à l’ingénieur sont les plus variés. Aucun autre diplôme n’offre une telle gamme d’opportunités. Les ingénieurs occupent des fonctions très variées de la Recherche fondamentale à la Direction générale et ce dans tous les secteurs d’activité, en France comme à l’étranger. Le marché de l’emploi leur est favorable, les jeunes diplômés sont embauchés très rapidement et la population des ingénieurs est en situation de plein emploi. 100 000 ingénieurs ont été recrutés en 2014. On compte un peu plus de 100 000 recrutements d’ingénieurs chaque année. Plus de 44 % des ingénieurs sont employés dans le secteur de l’industrie. Le taux de chômage chez les ingénieurs est près de 3 fois inférieur à celui de la population active globale.

Si leur rémunération est plus que satisfaisante, compte-tenu des responsabilités exercées, les ingénieurs tirent surtout leur satisfaction de l’intérêt de leurs missions et de l’épanouissement professionnel qu’elles leur procurent. Conscients d’être au cœur des grandes mutations de la société, de la révolution numérique à la transformation énergétique, les ingénieurs se montrent de plus en plus innovants et entrepreneurs. Ils y sont de mieux en mieux préparés grâce à des formations initiales de plus en plus adaptées, internationales et des formations continues spécifiques.

Familiers des nouvelles technologies, ils montrent que la transformation des modes de travail qu’elles engendrent est vécue comme un facteur de liberté dans l’équilibrage d’une vie professionnelle intense et d’une vie personnelle à laquelle ils sont attachés.

Enfin, la féminisation est en marche. Elles sont 28% dans la dernière promotion quand elles n’étaient que 6% en 1973. Représentant actuellement 4% de la population, avec 1.000.000 d’ingénieurs et de scientifiques et 200.000 chercheurs alliant des expertises pointues, riches et d’excellent niveau, l’ingénieur est en mesure de réussir de manière originale et pérenne les profondes transformations à venir en réunissant nos talents.

IESF, Société des Ingénieurs et Scientifiques de France

Publicités