L’innovation de rupture vue par le MIT

MIT innov ruptureLa célèbre revue académique « MIT Technology Review » publie un article et un classement des technologies de rupture en 2015. Revue de détail.

Les innovations technologiques les plus « disruptives » de l’année 2015 ne sont pas toujours applicables dès cette année mais n’en restent pas moins prometteuses pour l’avenir. Parmi elles, Magic Leap, une technologie capable d’introduire des images virtuelles dans le monde réel. Issue de la start up éponyme, elle consiste en un minuscule projecteur qui sera associé à une paire de lunettes spécifique. Le tout permettra d’afficher des images en 3D sous la forme d’une couche supplémentaire à la réalité. Plusieurs applications sont déjà envisagées, dans les domaines médicaux et sportifs notamment.

Une autre technologie intéressante est celle qu’a expérimenté la ville universitaire de Ann Arbor dans le Michigan. Plus de 3 000 véhicules équipés de transmetteurs ont pu y circuler et communiquer entre eux, empêchant par là même des milliers de collisions (et parfois de décès!). Des constructeurs automobiles sont déjà très intéressés par le système et annoncent développer la technologie sur de futurs prototypes.

Mais la technologie la plus impressionnante est sans doute le projet Loon de Google : un anneau d’une centaine de ballons gonflés à l’hélium et qui survolent la terre à 18 000 mètres d’altitude, permettant à 4,3 milliards de personnes actuellement dépourvus d’internet, de pouvoir se connecter. Loon bénéficie déjà de partenariats avec des opérations télécom dans certains pays comme en Inde.

Autre invention remarquable, celle du diagnostic du cancer grâce à une prise de sang. On la doit à un chercheur chinois de Hong Kong, Dennis Lo, qui travaille sur la détection des cancers à un stade précoce. Sa méthode qui consiste à séquencer l’ADN du patient à partir d’un prélèvement sanguin, a déjà été testée avec succès sur des dizaines de milliers d’individus. Mais il reste à la tester sur d’autres cancers.

Enfin, pour répondre à la demande croissante en nourriture, une technologie permettant de stimuler la photosynthèse des plantes pourrait être mise en œuvre d’ici 10 à 15 ans. Des chercheurs britanniques et philippins ont en effet réussi à mettre au point un nouveau processus, la photosynthèse C4, qui permet d’augmenter le rythme de croissance des plantes en capturant davantage de dioxyde de carbone et en concentrant les cellules spécialisées dans les feuilles, prenant pour modèle naturel le maïs ou la canne à sucre.

Publicités