La Data et l’Analytics en entreprise

Big DataLe cabinet Deloitte publie un rapport interactif sur les tendances 2015 dans le Big Data et évoque les défis qu’elles présentent pour les entreprises. D’ores et déjà, de nombreuses entreprises exploitent la Data et l’Analytics.

Selon Deloitte, l’année 2014 a été riche en réflexions de toutes sortes sur le sujet des Big Data au sein des organisations, les faisant passer du simple concept à des applications beaucoup plus complexes. Le cabinet a identifié les grandes tendances et les nouveaux challenges que soulève l’utilisation de la Data et de l’Analytics au sein des organisations.

Ainsi, selon les auteurs du rapport, « de nombreuses entreprises sortent de l’attentisme : la digitalisation les submerge de données, tandis que la crise les incite à en tirer meilleur parti pour capter de la croissance ou améliorer leurs marges. Elles entrent donc en phase expérimentale, souvent sans attendre d’avoir résolu toutes les questions stratégiques, organisationnelles ou technologiques soulevées par le Big Data. En mode pilote, elles cherchent à identifier de façon empirique des cas d’usage profitables. Que ces tentatives aboutissent ou échouent, les entreprises engrangent de l’expérience et en tirent de précieux enseignements tels que l’importance de la pluridisciplinarité. »

Un focus est réalisé sur les analytics qui se démocratisent au sein des entreprises grâce à de nouveaux outils simples d’utilisation comme ceux de Data Visualisation. Les organisations sont convaincues qu’ils recèlent des gains potentiels en terme de performance du fait, notamment, de la possibilité de croisement des données qui élargissent les perspectives. Selon Deloitte, « le rayon d’action des Analytics s’étend : au-delà de la description, la prédiction, voire la prescription, sont désormais accessibles marquant ainsi le début de l’ère des « Big Analytics ».

Pour autant, cette inflation du volume des données pose des problèmes de stockage et de pertinence dans leur extraction, ainsi que des interrogations sur la réglementation et la sécurisation de ces données. Assurer une gouvernance appropriée des données est devenue une priorité. La première étape consiste à localiser les données, souvent dispersées entre les collaborateurs, voire détenues par des partenaires. Puis il faut déterminer leur valeur actuelle, mais aussi éventuellement future. Enfin, il convient de fixer les responsabilités et les règles d’usage, tout en favorisant l’autonomie et l’innovation. La nomination d’un « chief data officer » peut aussi être une piste intéressante à suivre.

Cette étude doit être mise en perspective avec celle publiée récemment par Capgemini, qui a interrogé un panel d’entreprises à ce sujet. Il en ressort que seules 13% d’entre elles ont des projets en production dans le secteur du Big Data, que 35% sont des réalisations partielles et 29% sont des PoC.

Publicités