Les robots sont les bienvenus chez les Français

Robots et FrançaisUne récente étude suggère que les Français seraient favorables à l’arrivée des robots dans leur vie personnelle que professionnelle.

Les premières conclusions de la nouvelle édition du sondage des « Rendez-vous de l’innovation », sondage réalisé par le cabinet Odaxa, en partenariat avec 01Business, BFM Business, l’Usine Nouvelle et Le Parisien, ne laisse guère de doutes : Le développement des robots et de la robotique est une bonne chose pour une écrasante majorité de Français et ce sont les robots-domestiques et les robots de santé (ou d’aide aux seniors et aux plus jeunes) dont le développement est le plus souhaité par la population.

Un tiers des Français déclare disposer déjà d’un robot et un autre tiers de la population déclare qu’il souhaiterait s’en procurer mais trouve pour le moment les prix trop chers. En outre, le robot devait constituer l’un des best-sellers de noël : 5% des Français – soit tout de même environ plus de 2 millions de personnes – ayant déjà acheté ou envisageant d’acheter (au moins) un robot comme cadeau de noël pour leurs proches. « Le seul frein perçu à l’explosion de la robotique reste sans surprise le prix. Ce frein lié aux coûts de conception et de fabrication ne devrait pas en rester un très longtemps, si une véritable filière industrielle et scientifique de la robotique se met en place avec des entrepreneurs engagés », explique Bruno Vanryb Vice-Président de Syntec Numérique.

 Seule ombre au tableau, le robot est perçu comme un menace au niveau de l’emploi alors que l’emploi est précisément la priorité absolue des Français aujourd’hui. Ce qui fait dire à Bruno Vanryb : « Une nouvelle ère de croissance pourrait ainsi s’ouvrir pour l’industrie du futur, qui permettra de compenser largement la seule inquiétude exprimée par les Français sur la robotique, à savoir la possible destruction d’emplois que pourrait provoquer la généralisation des robots ! ».

Dans un article publié par Libération en octobre dernier et intitulé « Les robots vont-ils nous mettre au chômage ? », l’auteur François Bugeon, ingénieur chercheur avance qu’  » il faudra sans doute attendre moins de trente ans pour que la robotisation soit mature et généralisée. Le Japon vise un marché à 100 milliards de dollars d’ici vingt ans pour la robotique, tandis que le montant de l’exportation de robots destinés aux services à la personne s’élevait à plus de 80 millions d’euros pour la Corée du Sud en 2012. Ces deux pays envisagent la robotique comme un segment majeur du marché. »

Publicités