« Osons la France » : une mini-exposition universelle au Grand Palais

Osons la franceDu 4 au 7 décembre s’est tenue l’exposition « Osons la France », où pour la première fois ont été réunies les innovations françaises les plus marquantes produites par des start ups, des PME, des ETI et des grandes entreprises.

Sous les 13 000 m2 de la nef ont été présentés les « 200 bâtisseurs pour demain », acteurs innovants dans des secteurs aussi divers que ceux de la santé et des biotechnologies, du numérique sous toutes ses formes, de l’énergie, de l’environnement, de la robotique, de l’alimentaire, du design et de l’éducation.

Sur le même lieu s’est également tenu le 1er sommet de l’économie sur le thème de « Entreprises, politiques, même combat ! », inauguré par le ministre de l’économie Emmanuel Macron et dont l’objet était de faire témoigner des entrepreneurs exceptionnels et innovants avec, à la clé, la remise du Prix des patrons les plus performants. On y a entendu les patrons de plusieurs grandes entreprises comme Air France, la SNCF, Danone, Sanofi et Orange.

Petites et grandes innovations se sont cotoyées sous la nef du Grand Palais. L’un des produits phares était sans doute l’e-fan, l’avion électrique d’Airbus, ou encore le eZyscreen, le test rapide pour le diagnostic du virus Ebola présenté par le CEA (Commissariat à l’Energie Atomique). D’autres innovations moins connues mais tout aussi remarquables ont été présentées notamment dans le secteur de la santé, comme le Labpad, un laboratoire de poche pour faire des prises de sang à domicile ou le Cardiologs pour décrypter rapidement les électrocardiogrammes.

L’objectif des deux organisateurs de cette manifestation, Aude de Thuin et Xavier Duportet était bien de chasser le « French bashing », et redonner la pêche et l’estime de soi à une France en pleine dépression. Interviewée sur France Info, Aude de Thuin a déclaré : « Je n’aime pas la façon dont procède Pierre Gattaz. Descendre dans la rue ce n’est pas la place des patrons. Je crois qu’il y a une autre façon d’expliquer la situation aux Français. Les patrons qui se plaignent ce n’est pas un bon message. Nous sommes dans un pays libéral, les Français demandent à être formés à la pédagogie de cette économie. »

Un sondage réalisé pour l’occasion par Opinion Way a toutefois montré que 79% des Français estiment qu’il est «difficile d’innover en France» et une minorité d’entre eux se disent audacieux, par manque de confiance ou peur de l’échec. Seul point positif : 77% des personnes sondées considèrent le « French bashing » injustifié, «la France ayant beaucoup d’atouts qu’il faut valoriser».

 

Publicités