Facebook at work

FacebookFacebook envisage une diversification en s’attaquant au segment professionnel des réseaux sociaux

« Facebook at work » serait-il le prochain concurrent de LinkedIn ? Si l’on en croit le Financial Times, ce n’est pas impossible, Facebook souhaitant désormais distinguer sphère privée et sphère professionnelle. Le réseau professionnel permettrait de discuter entre collègues et de travailler sur des documents en mode collaboratif, tout comme le permet aujourd’hui Google Drive. Il aurait également la même orientation que LinkedIn, à savoir la mise en relation avec d’autres professionnelles de manière à se constituer son propre réseau professionnel. Y figureraient également des messages, un fil d’actu, des recommandations, des offres d’emploi…

L’idée de Facebook repose sur la volonté de ne pas se démarquer de l’ADN du réseau, notamment au niveau de son interface mais de trouver une solution aux refus de nombreuses entreprises de laisser leurs salariés consulter Facebook sur le lieu de travail. L’objectif est donc de capter les internautes pendant toute la journée, en alternant la version perso et pro du réseau.

« Nous allons continuer à nous préparer au futur en investissant agressivement, en connectant tout le monde, en comprenant le monde et en construisant la prochaine génération de plate-forme informatique », avait déclaré le Mark Zuckerberg, patron de Facebook lors de l’annonce des derniers résultats trimestriels de l’entreprise. Le chiffre d’affaires de Facebook est toujours en forte augmentation (+59%) et le bénéfice net a quasiment doublé, passant de 640 à 802 millions de dollars sur la période. Seule ombre au tableau, l’action, qui a plongé lors de la déclaration de Mark Zuckerberg de vouloir investir massivement dans l’avenir, c’est à dire le long terme, plutôt que de se concentrer sur des objectifs de rentabilité de court terme.

Le réseau Facebook, créé en 2004, compte aujourd’hui environ 1,35 milliard d’utilisateurs actifs. Parmi les dernières innovations pour essayer de se diversifier, citons l’appli Rooms permettant la création et la gestion de groupes de discussion de manière anonyme. Facebook est également en train de tester un mode d’achat rapide et direct grâce à un simple bouton « Acheter », aussi simple que « J’aime » ou « Je n’aime pas ». L’utilisateur pourra procéder à un achat d’un simple clic depuis son fil d’actu. Si ce projet obtient le succès escompté, il sera certainement très rentable pour le réseau car il permettra de réduire le fameux « tunnel de commande » qui décourage encore de nombreux internautes dans le process d’achat sur Internet.

Publicités