Le Vegan : marché très porteur

veganOn connaît la mode du bio dont les industriels de l’alimentaire et du textile se sont emparés pour créer de nouveaux marchés, il va falloir désormais compter avec le vegan, un nouveau mode de consommation qui fait de plus en plus d’adeptes.

Le titre du quotidien 20 minutes est éloquent « La mode du vegan s’incruste à Paris » et de détailler « Une douzaine de restaurants, une boutique devenue quartier général, deux hôtels prévus, la carte du vegan à Paris s’étoffe depuis quelques mois… »

C’est quoi le vegan ? La question est légitime puisque contrairement à l’Allemagne ou au Etats-Unis le phénomène en France n’est pas encore très médiatisé. Un vegan est une personne végétarienne qui ne consomme plus aucun produit de provenance animale, viande bien sûr, mais aussi œufs, fromages ou miel. Des habitudes d’alimentation qui entraînent aussi une simplification du mode de vie, repas plus simples, et pour certains bannissement total du cuir.

20 minutes nous apprend que « la marque de vêtements Esprit a lancé une ligne de chaussures vegan sans cuir ou colle de poisson, avec la caution de l’association de défense des droits des animaux Peta. Dock Martins aussi. » Une radicalisation dont on a un aperçu sur les nombreux sites Internet dédiés au veganisme : les sites marchands comme Un Monde de vegan où l’on trouve des « simili-carnés » et viande végétale » et des « fromages végétaux » et d’autres comme Veganisme qui prônent que « Etre vegan, c’est respecter la vie sous toutes ses formes ».

Dans Le Huffington Post, Matt Frazier auteur de « No meat Athlete » témoigne sur l’impact économique du vegan « Si vous faites le calcul, il n’y a pas de raison pour laquelle manger végétarien ou vegan devrait coûter plus cher que consommer de la viande. A 10, 20 ou 30 euros le kilo, la viande est l’un des produits les plus chers que vous pouvez acheter dans les magasins d’alimentation. Donc si vous pouvez la remplacer, par exemple, par des haricots blanc qui coûtent, mettons, deux euros le kilo, vous allez faire de bonnes économies ! » mais reconnaît que pour le moment il « dépense aujourd’hui une fois et demie, voire deux fois plus qu’avant pour l’alimentation. Pourquoi? Parce que devenir vegan m’a entraîné dans le monde de la nourriture ultra saine. J’achète bien plus souvent dans des marchés fermiers, des coopératives, et au Whole Foods (chaîne de supermarché de luxe) qu’avant, et je paie encore en plus pour du bio. »

Publicités