Peut-on innover dans le tourisme ?

Le tourisme est un secteur où l’innovation est permanente. On pense bien sûr à la révolution d’internet, qui l’a profondément transformé. Mais les mutations de la filière ne sont pas uniquement liées aux évolutions technologiques. Car le tourisme est avant tout reflet de nos modes de vie, de notre société, et n’a de cesse de se modifier avec elle.

ID-100143779

Temps et modes de consommation du tourisme : de révolution en révolution

Le touriste du siècle dernier n’a plus grand-chose à voir avec celui d’aujourd’hui. Évoluant avec la société, il a traversé plusieurs grandes phases : celle du tourisme réservé exclusivement à la plus haute élite, puis celle du tourisme de masse et de la « standardisation » des vacances. Avec celui-ci sont nés et se sont multipliés plusieurs acteurs économiques : hôtels, clubs de vacances, campings, mais aussi tours opérateurs et agences de voyage. Aujourd’hui les modes et les temps de consommation des moments de loisirs ont encore évolué avec les RTT, la crise, ou encore les nouvelles aspirations des consommateurs. On observe ainsi par exemple que les personnes voyagent globalement moins longtemps, donc moins loin, mais aussi plus souvent.

Surfant sur cette dernière tendance, James Blouzard et Bertile Burel ont anticipé cette évolution des attentes en lançant dès 2004 la société Wonderbox, qui commercialise des coffrets cadeaux. Constatant que le tourisme « traduit l’évolution des modes de vie », James Blouzard explique que leur offre a pour but de « démocratiser l’accès à des expériences insolites et originales », sur des temps plus courts, mais intenses, qualitatifs, et réellement dépaysants. Cette proposition séduit les « nouveaux » touristes : Wonderbox affiche depuis plusieurs années une croissance annuelle de l’ordre de 30%. Le succès s’explique sans doute aussi par le fait que l’entreprise a continué à innover, en misant sur le développement de son offre et de ses partenariats. Et pour y parvenir, James Blouzard souligne l’importance d’une gestion rigoureuse, le socle indispensable de finances saines. Wonderbox dispose à cet effet d’une trésorerie excédentaire de 9 mois de chiffre d’affaires : de quoi rémunérer ses 15 000 partenaires, et conserver durablement leur confiance. Côté utilisateur, c’est sur un service client de qualité que l’entreprise mise pour maximiser la satisfaction. Cette façon d’appréhender le marché semble avoir porté ses fruits : Wonderbox est aujourd’hui leader de son secteur, avec 1.5 millions de coffrets vendus en 2012, et près de 45% de parts de marché en 2013.

A la recherche des niches : des innovations permanentes… pour quelques idées gagnantes

Le tourisme « thématique » est une autre des tendances majeures de l’innovation dans le secteur. On pense au tourisme culturel ou au tourisme sportif qui se sont imposés au fil du temps. Mais les acteurs de la filière n’en ont pas terminé de tester de nouvelles idées. Ainsi, ces dernières années, c’est le concept du tourisme durable qui a émergé. L’idée, en phase avec les préoccupations sociétales actuelles : faire en sorte que l’activité touristique préserve et respecte l’environnement sur long terme. Certaines agences de voyage se sont spécialisées sur le créneau, et certains acteurs historiques s’y sont adaptés en développant une offre spécialisée. On peut citer les Gîtes de France qui ont lancé les « Gîtes Panda », auxquels le WWF accorde son label. Les géants Euro Disney et Pierre & Vacances sont quant à eux engagés dans la construction de « Villages Nature »,  un projet de centre de vacances situé en Seine-et-Marne et basé sur le respect des principes du développement durable. Le tourisme durable, intégré dans un projet sociétal et dans les nouvelles mœurs de consommation, fait d’ailleurs aujourd’hui l’objet d’une charte éditée par l’organisation mondiale du Tourisme, comme de plusieurs labels (par exemple ATR, Agir pour un Tourisme Responsable).

Le voyage sur mesure est une autre niche qui connaît un succès de moins en moins confidentiel. Destiné à une clientèle plus aisée et donc moins touchée par la crise, le voyage sur mesure répond à un vrai besoin d’individualisation et de différenciation, prenant le contre-pied du voyage de groupe : « c’est une façon de voyager qui gagne du terrain en France », observe Jean-François Rial, le PDG de Voyageurs du Monde. L’entreprise, qui en a fait sa spécialité depuis 30 ans, peut se réjouir : dans un marché en baisse de 4%, son pôle voyage sur mesure affiche une belle hausse de 3.9%. Pour poursuivre son développement, Voyageurs du Monde mise aussi sur l’innovation avec notamment une montée en gamme grâce à la mise en place de services complémentaires (assistance, conciergerie…). Pour Guy Raffour, qui dirige le cabinet d’études Raffour Interactif, le tourisme de demain est là : « il faut privilégier le spécifique, le personnalisé, le thématisé […]. L’avenir du tourisme de masse est dans une somme de niches ».

L’innovation touche jusqu’à la nature des prestataires

Face à l’évolution des modes de vie mais aussi des conditions économiques, certains viennent bousculer les fondamentaux du secteur et la nature même de ses acteurs « traditionnels ». On assiste par exemple en ce moment à une pratique en plein essor : celle de l’hébergement à domicile par les particuliers, qui vient concurrencer les hôteliers classiques. L’objectif est certes de faire des économies, mais aussi de voyager « autrement ». En France, c’est la start-up Sejourning qui a investi ce créneau. Pour Julien Delon, qui en est le co-fondateur, le développement de son activité trouve son explication dans l’évolution des mentalités des voyageurs : « les voyageurs sont à la recherche de souplesse, de confiance, de transparence, d’authenticité… ce que les modes d’hébergement traditionnels ne proposent plus ». Et il n’est pas le seul à y croire : Sejourning a levé 400 000 € en juin dernier, et vient d’intégrer l’incubateur parisien du tourisme Welcome City Lab. Une innovation à suivre de près, qui pourrait devenir une tendance forte du futur.

Innover est plus qu’une possibilité : c’est une nécessité

L’histoire l’a prouvé, les mutations récentes continuent à l’illustrer : dans le tourisme,  non seulement on peut innover, mais c’est un impératif pour rester en phase avec les attentes des consommateurs. Car si certaines nouveautés peuvent laisser perplexes (du  tourisme noir, qui consiste à visiter des endroits associés à la mort, au tourisme de guerre, qui fait l’objet d’un roman satirique de Ruy Zink*), d’autres transforment profondément le secteur et ses acteurs économiques, et deviennent finalement la norme. Ceux qui vivent les plus belles success stories du tourisme l’ont bien compris…

(*) Le destin du touriste

Publicités