L’innovation du livre numérique : un nouvel usage du livre

Image

Noël approche et les tablettes et autres liseuses électroniques constituent des produits phares de cette fin d’année pour des cadeaux « utiles ». Alors qu’il est habituel d’offrir des livres imprimés, le livre va-t-il suivre le chemin des modes de paiements : passer du billet papier à la carte de paiement électronique ?

Arrivée d’un nouveau type de consommation de média

La lecture numérique permet de communiquer différemment et de manière tout à fait immédiate. L’utilisation du media numérique peut permettre de rebondir sur des modes de communications différents, qu’ils soient vidéo, image ou encore témoignage sonore. Cela permet d’argumenter aisément en utilisant toute la palette numérique liée à la bulle internet.

Par ailleurs, le livre numérique est un moyen de publication moderne, facile à diffuser lorsqu’un éditeur classique ne souhaitera pas éditer un livre trop spécialisé ou décalé du fait d’un trop faible tirage prévisible ou d’un succès commercial (et donc économique) aléatoire. Ainsi, le livre de Philippe Silberzahn : « Effectuation : les principes de l’action entrepreneuriale » n’est disponible qu’en version électronique. Le livre imprimé ne sera disponible qu’en février 2014. C’est une manière de diffuser plus vite l’information et des concepts où le temps de réaction est très important, et de sentir un marché pour un segment tout à fait innovant.

Gestation du livre numérique

Séverine Herlin met en évidence avec son application ViaDesigner, le mode effectual, du point de vue pratique, au-delà de la théorie du Professeur Silberzahn. En effet, pour une innovation identifiée peut lui correspondre un marché. Et le livre numérique est né de cette manière.

Que mettre en évidence avec la bulle internet explosive et un traitement de texte évolué, capable d’insérer des liens hypertexte ou des messages vidéo ? La question fut posée au moment où les téléphones mobiles ont vraiment percé commercialement. En effet, au départ, la téléphonie mobile était destinée à au début des années 1970 à une utilisation pour la défense et l’armée. Or, d’autres utilisations sont nées, et ce moyen de communication s’est généralisé au grand public. Il fallait donc faire de même, avec la possibilité de trouver un usage à un traitement de texte dynamique par la bulle internet. C’est ainsi que sont nés les premiers smartphones, liseuses, puis tablettes.

Un complément au papier non substituable

Rien ne remplacera le papier du livre comme la carte de crédit ne remplace pas la monnaie cash. L’utilisation en est différente.

Pour le livre imprimé, il s’agit non seulement du plaisir de feuilleter, mais aussi de se concentrer sur une seule tâche.

Le format numérique a la particularité d’être quasi immédiat en termes de publication, et il s’adresse avant tout à une utilisation professionnelle ou nécessaire. Le plaisir reste en partie absent. Il s’agit aussi pour un livre papier d’un complément en ligne à charger afin de rentrer dans certains détails qui rendraient un ouvrage papier trop dense, et parfois peu rentable à cause d’un surplus de pages. Dunod effectue cette pratique régulièrement sur des livres techniques. Il s’agit bien d’un complément plutôt que d’une substitution.

Longue vie aux livres qu’ils soient numériques ou imprimés.

Publicités