Du drone stratégique au drone pratique

Image

Le drone, ce petit appareil télécommandé, habituellement réservé à une utilisation pour l’armée, a trouvé d’autres usages, comme de détecter ou de contrôler des installations. L’usage logistique devrait aussi faire son apparition.

Un principe majeur : un appareil télécommandé

Le drone pourrait s’apparenter au modélisme, avec des petits objets volants pilotés à vue et qui correspond souvent à un passe-temps dominical.

Les tailles sont très variables. Il existe des drones aussi gros que des avions, comme des drones de combat ou de reconnaissance. La différence entre un drone et un avion est simple : un avion se pilote, et un drone se commande. La différence est humaine. Il n’est pas obligatoire pour un drone d’être conduit par une personne au moment de son vol.

Pour les actions militaires, l’usage d’une arme est forcément relié à une intervention humaine directe. Les drones permettent ainsi d’éviter à un pilote de prendre des risques, puisqu’il n’y a pas de pilote. Dernièrement un F-16, l’avions de chasse a été pourvu de pilotages à distance, et donc le célèbre avion de chasse s’est vu commandé à distance. Il s’agit encore d’une prouesse technique…française.

Un usage qui se démocratise

Les drones ont fait leur apparition dans l’industrie ou la recherche. Le fameux Hawk Eye, né d’un projet militaire franco-américain s’utilise dorénavant dans l’observation de cultures agronomiques, pour la recherche ou l’industrie agro-alimentaire.

C’est donc un moyen de télédétection tout à fait efficace, moderne et fiable. En ce qui concerne la sécurité, de nombreux faits divers ont terni les nouveaux usages comme celui d’un crash accidentel à New York. Depuis quelques années, la réglementation est très stricte. Les modèles de drones doivent être habilités à voler. De la même manière, les personnes qui commandent des drones doivent passer un permis pour un modèle en particulier. Ce permis est souvent composé d’une formation complète, comparable à une formation pour un passage de permis de conduire automobile. La partie réglementation et sécurité s’avère tout de même bien plus lourde et compliquée.

Cassidian, le spécialiste des engins volants, filiale d’EADS, et historiquement destinée aux usages militaires, commercialise aujourd’hui de petits drones d’observation, le survey-copter, rien que pour les contrôles de lignes très hautes tensions, où l’accès est toujours pour un homme difficile et risqué.

Et dernièrement, Amazon, le grand supermarché de biens sur internet, a envisagé de livrer des paquets par mini-drone. Cela lui permettrait de disposer d’un avantage concurrentiel certain en pouvant livrer une marchandise sur une aire géographique délimitée, en moins de 30 minutes. La géolocalisation serait donc avec le drone au service du temps.

Et l’engouement continue, puisque la Poste allemande, Deutsche Post expérimente également au sein d’un projet de recherche la livraison de petits paquets par mini-drones. Ceci semble a priori irréaliste puisque le drone devra aussi trouver au-delà du lieu, le bon client à qui remettre le paquet…

Le drone n’a donc pas fini d’étonner, et nous verrons si les derniers usages sont réalistes, en tous les cas, ils pourraient remettre en cause un modèle de distribution à grande échelle.

Publicités